mardi 29 juillet 2014

La coccinelle des légumineuses, Subcoccinella vigintiquatuorpunctata

Cloeoptera > Coccinellidae > Subcoccinella

On peut également l'écrire ainsi: Subcoccinella 24-punctata
Trouvé cette petite discrète en mai à Guérande (LA); minuscule (3 mm maxi), elle est orangée de A à Z, (tête, antennes  et pattes); elle est phytophage et adore les Fabaceae ainsi que bien des légumineuses, d'où son nom vernaculaire: La coccinelle des légumineuses, Subcoccinella vigintiquatuorpunctata.
Notre spécimen présente au moins 24 points dont certains fusionnés; elle est en train de se nourrir en grignotant la partie velue de cette feuille.



vendredi 25 juillet 2014

La Mélitée du plantain, Melitea cinxia

lepidoptera > Nymphalidae> Melitaea

Une des premières, aperçue en Mai à Guérande, La Mélitée du plantain, Melitea cinxia a des couleurs vives orangées sur le dessus et plus claires sur le revers...
Ici elle est posée au sol, ce n'est pas un décor très poétique, mais c'est ce que la belle a décidé; en plus elle a disparu sans me laisser la vue de dessous... 


mardi 22 juillet 2014

Le charançon de la mauve, Lixus angustatus

Coleoptera > Curculionidae > Lixus

La mauve, (malva moschata) on en trouve partout le long des chemins... et le charançon de la mauve, Lixus angustatus suit... Nous l'avions déjà rencontré l'an dernier, ce Charançon de la mauve, nous le retrouvons quasiment au même endroit. Pour voir son envol, l'astuce c'est de le forcer à venir sur votre main; au bout d'un temps (très court) il s'aperçoit de la supercherie, ne se sent pas à l'aise, et prend son vol; il faut être prêt:



samedi 19 juillet 2014

L'Hespérie des potentilles, Pyrgus armoricanus

Lepidoptera > Hesperiidae > Pyrgus

Voici l'Hespérie des potentilles, Pyrgus armoricanus, (sauf erreur, car dans cette famille, ce n'est pas évident...) que nous avons aperçu en ce début Juin, à Saint-Laurent-d'Oingt, au Nord de Lyon. Il est velu le diable! Il nous a même permis une vue en contreplongée, légèrement en contrejour, ce qui fait ressortir ses ocelles, et la couleur beige de l'aile postérieure:

Spécimen No.1:

Spécimen No2:


mercredi 16 juillet 2014

La Boarmie rhomboïdale, Peribatodes rhomboidaria

Lepidoptera > Geometridae > Peribatodes

Nous l'avons aperçu ce beau mâle, "collé au mur" un beau matin du mois de Juin, il s'agit de la Boarmie rhomboïdale ou la Boarmie commune, Peribatodes rhomboidaria. (Grand coup de pouce pour son identification de la part des spécialistes du Forum Bretagne vivante, merci à eux...).
La couleur varie du brun clair au brun foncé, ici plutôt gris, ses dessins sont à peine visibles; sa taille (envergure 40mm).


Si vous désirez en savoir plus, lepinet.fr nous raconte l'histoire et décrit le cycle de vie de Peribatodes rhomboidaria  ici.

samedi 12 juillet 2014

Autre teinte de la La Thomise enflée, Thomisus onustus

Araneae > thomisidae > Thomisus

Encore une araignée crabe: autre spécimen de La Thomise enflée, Thomisus onustus, dans des teintes roses et blanc, ce qui laisserait penser qu'elle chassait ses proies sur des fleurs de liseron?
Rappel: comme caractéristique de cette espèce, nous noterons les angles disproportionnés et arrondis de son énorme arrière train (l'opisthosome): taille 10mm (certainement une femelle):



mercredi 9 juillet 2014

La Thomise enflée, Thomisus onustus

 Araneae > Thomisidae > Thomisus

 Encore une araignée crabe: en général on ne la voit pas, tant le mimétisme est parfait; ce qui tire l'œil c'est par exemple un insecte dans une position instable, immobile... anesthésié qu'il est par le venin de la belle Thomise enflée, Thomisus onustus, et en y regardant bien, elle se trouve derrière, à l'origine du "baiser de la mort..."
Taille: 4mm maxi pour le mâle, jusqu'à 10mm pour la femelle; comme caractéristique de cette espèce, nous noterons les angles disproportionnés et arrondis de son énorme arrière train (l'opisthosome).
Ici nous sommes dans des teintes ocre jaune, et tout se passe en famille, présentons tout d'abord la femelle, plus volumineuse, ensuite le mâle, vu sur la même plante.



Le mâle, lui très occupé à transporter sa proie, un lépidoptèrede la famille des Sesiidae, plus précisément Pyropteron chrysidiformis:



vendredi 4 juillet 2014

La Noctuelle de l'érable, Acronicta aceris

Lepidoptera > Noctuidae > Acronicta

Voici trouvée en région Lyonnaise, La Noctuelle de l'érable, Acronicta aceris, posée entre deux écailles, sur l'écorce d'un conifère; pas pratique à photographier, Acronicta aceris n'aime pas le soleil direct, la photo est peu contrastée... sa chenille se nourrit sur les érables, les chênes et les maronniers, pour en savoir plus, suivre sur lepinet, ici


Avec la permission de l'auteur, nous avons emprunté la photo de la chenilles de La Noctuelle de l'érable, Acronicta aceris, à la galerie de photos du monde des insectes; merci Véronique Nolan.

la magnifique chenille de Acronicta aceris


mardi 1 juillet 2014

L'Acidalie dégénérée, Idaea degeneraria

Lepidoptera > Geometridae > Idaea

 Voici trouvée en région Lyonnaise, L'Acidalie dégénérée, Idaea degeneraria, posée à l'abri du vent et du soleil sur une feuille de pivoine, Paeonia suffruticosa:


C'est un Géomètre de taille 20mm environ, voir le cycle de vie de Idaea degeneraria sur lepinet; pas de plante hôte particulière, la chenille (que nous n'avons pas vue...) se nourrit sur plusieurs herbacées.

samedi 28 juin 2014

La punaise nébuleuse, Rhaphigaster nebulosa

Heteroptera > Pentatomidae > Rhaphigaster

Nous avons déjà présenté Rhaphigaster nebulosa en Avril 2013, cette punaise phytophage aux couleurs discrètes, dans les teintes de gris; voici un autre imago, trouvé dans la région de Guérande, en Mai 2014:


jeudi 26 juin 2014

Salpes, Salpidae

Salpida > Salpidae > Salpa

Encore une découverte rare de bord de mer!
Nous vivons en Loire-Atlantique, et nous n'avions jamais vu de Salpes; en fait, on les trouve plutôt dans l'Antarctique...Cependant, le 22 Juin 2014, la plage de La Turballe par mer calme, en était envahie. Ces petits corps gluants translucides font penser à des œufs de méduses (j'ignore comment ils son faits...).
Les Salpes, font partie de la famille des Salpidae; ils se nourrissent de phytoplancton; leurs corps gélatineux totalement transparents flottent dans l'eau, ils évoluent portés par les vagues, par chapelets, par groupe de quatre ou six, et restent sur le sable en créant un amas gélatineux brillant au soleil. Puis ils séchent, voir photos:



Source Wikipédia: Ce sont des animaux filtreurs, qui se nourrissent en se déplaçant. Ils jouent donc un rôle dans l'épuration des écosystèmes océaniques.
...Leurs cadavres (nécromasse), ainsi que leurs déjections, contribuent en coulant à sédimenter le carbone; ils jouent donc potentiellement un rôle non négligeable dans le cycle d'absorption du CO₂ par les eaux et fonds marins.

Une Vidéo au sujet des Salpidae, ici

mardi 24 juin 2014

La Méduse boussole, Chrysaora hysoscella

Semaeostomeae > Pelagiidae > Chrysaora

Apparemment cette année sera une année à méduses!
La scène se passe sur la plage de la Turballe (Loire-Atlantique); cette belle se laissait porter par la vague, allait et venait comme pour effrayer les baigneurs en ces premières chaleurs de l'été. Son ombrelle colorée de diamètre 25 cm environ, tant par sa forme que par ses couleurs, fait penser à l'abat-jour d'une lampe en pâte de verre signée Daum ou Gallé...





En recherchant l'identification de cette méduse, nous avons découvert un site spécialisé très intéressant, mer-littoral.org; ils nous en disent plus sur Chrysaora hysoscella...

dimanche 22 juin 2014

Chenille de Depressaria daucella

Lepidoptera > Oecophoridae > Depressaria

Invasion spectaculaire de Depressaria daucella, en région de Guérande (Loire-Atlantique) en particulier sur les ombellifères (Apiaceae) des bords de route, surtout œneanthe Safranée, œnanthe crocata). Peu de texte dans la littérature, UKMoths illustre assez bien les diverses étapes de la vie de cette Depressaria daucella.
La famille des Oecophoridae est classée chez Aramel parmi les teignes et mites, spécialement adaptées au climat humide de la Bretagne; l'article d'Aramel sur Depressaria sp. est très complet et mérite le détour, en particulier est mis en évidence l'utilité des Apiaceae au bord des fossés, et combien il est important de ne pas les faucher, même l'hiver! 



Ci-dessous deux photos mettent en évidence les dégâts causés par ces petites mangeuses: à gauche on vient juste d'arriver sur œneanthe Safranée, œnanthe crocata, à droite on a levé le camp:


jeudi 19 juin 2014

Galles de l'ortie dues à Dasineura urticae

Diptera > Cecidomyiidae >  Dasineura

Voilà que nos orties que l'on pensait increvables, seraient atteints de Galles!
Plus sérieusement nous avons constaté le phénomène, dans un chemin herbeux en Loire-Atlantique, ou les orties s'en donnent à cœur joie, voici quelques formes de Galles de l'ortie:






Ces galles seraient dues à un diptère nommé Dasineura urticae. Ci-dessus un minimum de chirurgie dans la boursouflure laisse apparaître la larve blanche (<2mm).

Cycle de vie:
Au printemps, la femelle de Dasineura urticae pique les orties et dépose ses œufs, les Galles apparaissent en Mai, chaque boursouflure contient une larve blanche qui se développe (voir photo), passe au stade de nymphe (dans un cocon); en automne, le cocon tombe au sol et continue sa vie sous terre, jusqu'au printemps suivant ou l'imago émerge. La boucle est bouclée!

Aramel nous a rédigé un billet très instructif sur Dasineura urticae, et bien d'autres Cecidomyiidae.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...